>
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Syndiquez-vous au SNUDI-FO !

C’est le premier des droits, Celui qui permet de défendre tous les autres !

cliquer ici pour adhérer en ligne

 

 

cliquer ici pour imprimer un bulletin d'adhésion

Publié par SNUDI FO 95

MASTÉRISATION ET AUSTÉRITÉ : Une mauvaise pièce aux conséquences toujours plus tragiques.

V. Peillon a vanté la loi de refondation et la mise en place des Ecoles supérieures de professorat et de l’Education comme une mesure de justice sociale pour accueillir, former, donner à l’Ecole, des personnels enseignants et d’éducation plus nombreux et bien formés. Qu'en est-il ?

Acte I : la surdité des ministres successifs : crise de recrutement
Acte II : la « galère » pour tous les candidats
Acte III : le mirage de la formation
Le rideau tombe : des enseignants paupérisés avec un traitement de début de carrière qui est de 112% du SMIC brut.
Conclusion provisoire
La mastérisation organise la crise du recrutement, la déqualification des enseignants, la baisse des salaires, la précarisation avec le recours croissant à des contractuels.
Les stagiaires 2014 vont débuter dans les pires conditions. Cela va de pair avec les 18 milliards d’économies exigées dans la fonction publique au nom du pacte de responsabilité.
Pour Force Ouvrière il faut se débarrasser de la mastérisation, comme de l'austérité. C'est un seul et même combat : celui de la défense de l'école de la République et de l'instruction, celui de la défense du statut de la Fonction Publique et des statuts nationaux
des enseignants, celui de l'exigence du l'augmentation de la valeur du point d'indice (8% immédiats et 50 points pour tous au titre du rattrapage des salaires)

Lire le communiqué 1 en pièce jointe.

DIMINUTION DES TRAITEMENTS, PARCOURS INDIVIDUALISES, ABSENCE DE FORMATION : voici la réalité pour les stagiaires à la rentrée !

Le Ministre de l’Education nationale a présenté aux organisations syndicales, le 12 mai, les projets d’arrêtés et de circulaire concernant la formation et la rémunération des stagiaires. Ils s’inscrivent dans la droite ligne de la masterisation, que Force Ouvrière a dénoncé depuis le début.

- Une vrai formation, un salaire décent pour tous les stagiaires : le ministre dit non !

- Des « parcours individualisés » contre le droit à formation

- Le statut : ce n’est pas des droits à géométrie variable selon les moyens !

- La territorialisation de l'école à l’oeuvre dès l’année de stage !

- Une rétrogradation au 1er échelon pour la grande majorité des stagiaires

FO n’accepte pas que les stagiaires fassent les frais de cette situation au moment de la titularisation.
Force Ouvrière demande au ministre, B. Hamon de prendre une mesure d'urgence : pas de service d'enseignement supérieur à un tiers temps !
La voix de la sagesse c’est d’abandonner la masterisation, de rétablir le recrutement à la licence, d’abandonner le référentiel de compétences qui tend à transformer les enseignants de la République en éducateurs locaux, et d'augmenter le salaire d'embauche en revenant à l'actuel 3e échelon.

Lire le communiqué 2 en pièce jointe.