>
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Syndiquez-vous au SNUDI-FO !

C’est le premier des droits, Celui qui permet de défendre tous les autres !

cliquer ici pour adhérer en ligne

 

 

cliquer ici pour imprimer un bulletin d'adhésion

Publié par SNUDI FO 95

Réforme de l’évaluation des enseignants et accès à la hors-classe : un hold-up se prépare ! L'exemple du Val d'Oise… ou comment passer de 240 à 110 PE promus à la HC !

Pour tenter de faire accepter sa réforme de l’évaluation, la ministre de l’Education Nationale ose affirmer que sa mise en oeuvre permettra à tout enseignant d’effectuer une carrière sur au moins deux grades : autrement dit tout le monde accéderait à la Hors Classe dans le cadre du non – protocole PPCR. Il s’agit d’un mensonge !

Une baisse programmée du nombre de « promouvables » …
En 2016 le taux de promotions pour l’accès à la hors-classe est actuellement officiellement de 5% pour les professeurs des écoles.
Ces taux sont calculés sur le nombre de « promouvables », c’est-à-dire, dans chaque corps, le nombre total de collègues étant au 7ème échelon ou plus, au sein de la classe normale.
Mais qu’adviendra-t-il avec les projets de décrets statutaires modifiant les carrières et l’évaluation ldes personnels, décrets qui seront présentés au comité technique ministériel du 7 décembre ?
Il est indiqué dans le projet de décret concernant par exemple les professeurs des écoles : «Les professeurs des écoles peuvent être promus au grade de professeurs des écoles hors-classe lorsqu’ils comptent, au 31 août de l’année au titre de laquelle le tableau d’avancement est établi, au moins deux ans d’ancienneté dans le 9e échelon de la classe normale».
Ainsi, pour être susceptible d’être promu à la hors-classe, quel que soit le corps, il faudrait atteindre 2 ans d’ancienneté dans le 9ème échelon et non plus le 7ème échelon comme aujourd’hui.

… Qui entraîne une baisse massive du nombre de promus
Dès la rentrée 2018, le taux de promotions à la hors classe serait donc désormais calculé sur le nombre de personnels qui seraient au moins 9ème échelon avec deux ans d’ancienneté. Avec quelles conséquences ?

L’exemple du corps des professeurs des écoles dans le Val d'Oise… ou comment passer de 240 à 110 promus à la HC !
En 2016, avec les règles actuelles, on dénombrait 4 756 promouvables dans le Val d'Oise, c'est-à-dire 4 756 professeurs des écoles classe normale du 7ème au 11ème échelon. 240 PE, soit 5% des promouvables, qui ont été promus à la hors classe au 01/09/2016.
Avec le nouveau décret, le nombre de personnels promouvables (professeurs des écoles classe normale à partir de deux ans d’ancienneté dans le 9ème échelon et jusqu’au 11ème échelon) serait divisé de plus de la moitié ! Seuls 2185 collègues seraient promouvables à la hors classe !
Pour conserver le même nombre de promus, 224, il faudrait que le taux passe de 5% à 11% ! Si le taux restait à 5%, seuls 110 collègues seraient promus à la hors classe !


La ministre indiquait dans une plaquette publicitaire «Les taux promus / promouvables seront fixés afin de garantir à compter de la campagne de promotions 2017-2018 le maintien du flux d’accès actuel à la hors classe».
Avec le «flux actuel» des milliers de collègues partent à la retraite sans atteindre la hors-classe ! Mais que vaut cet « engagement » pris par une ministre déjà non respectueuse de ses promesses? Selon le projet de décret le taux de promus est fixé chaque année par le gouvernement. Ce qui serait gravé dans le marbre des statuts... c’est qu’il n’y a aucun engagement et que les gouvernements auront les mains libres en fonction de leur politique budgétaire!

Chacun comprend, austérité oblige, que la diminution de plus de la moitié du nombre de promouvables facilitera la tâche du prochain gouvernement pour diminuer drastiquement le nombre de promus !
Ainsi, avec la réforme de l’évaluation des enseignants, d’une part, les promotions à la hors-classe s’effectueraient à la tête du client, hors de tout barème vérifiable en CAPD, mais d’autre part, le nombre de promus pourrait s’effondrer !

Ainsi, les décrets instaurant l’évaluation des enseignants préparent à la fois un plan d’économie à grande échelle sur le dos des personnels et une remise en cause du statut des enseignants avec la réforme de l’évaluation !
Il s’agit non seulement d’un bouleversement… mais aussi d’un véritable hold-up !
La FNEC-FP FO invite plus que jamais les collègues à signer massivement la pétition demandant à la ministre de renoncer à sa réforme de l’évaluation des enseignants !
La FNEC-FP FO n’accepte pas le décret de la ministre.
La FNEC-FP FO s’adresse à toutes les fédérations pour leur proposer d’agir ensemble en ce sens en direction de la ministre.