>
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Syndiquez-vous au SNUDI-FO !

C’est le premier des droits, Celui qui permet de défendre tous les autres !

cliquer ici pour adhérer en ligne

 

 

cliquer ici pour imprimer un bulletin d'adhésion

Publié par SNUDI FO 95

Pour la suspension et l’abrogation du décret,
la question de la grève est posée


Alors que le ministre, le président de la FCPE, et le SE-UNSA se répandent dans les médias pour vanter les mérites supposés de la mise en oeuvre du décret du 24 janvier sur les rythmes scolaires, les enseignants, les parents expriment de plus en plus massivement leur refus des conséquences de ce décret.
Après la suspension à Crillon, Janvry (Essonne) ne mettra pas en place la réforme en 2014 !
Après la décision des communes de Crillon, Haucourt, Vrocourt et Martincourt, dans l’Oise de suspendre la mise en oeuvre du décret du 24 janvier, la commune de Janvry dans l’Essonne a décidé de ne pas l’appliquer en 2014. La preuve est faite que la suspension de la mise en oeuvre du décret est possible. C’est une urgence.
Les aménagements aggravent la territorialisation : seule issue, l’abrogation !
Suite à la grève à 95% du 3 octobre à Aubervilliers, le DASEN dans une lettre commune avec le maire, annonce qu’il met au service de la commune deux fonctionnaires d'Etat : un enseignant et un administratif « pour apporter des solutions concrètes aux problèmes identifiés par les parents les enseignants et les intervenants ». Ainsi « pour apporter des solutions » au chaos créé par le décret du 24 janvier, il faudrait accepter la mise au service des élus locaux de fonctionnaires d'Etat. C’est l’accélération du transfert de l'école publique et laïque vers les collectivités territoriales. Une seule réponse : abrogation du décret.

Si les maires ne cèdent pas, si le ministre ne renonce pas, la question de la grève est posée
A Paris
l’assemblée générale, qui a réuni le 8 octobre 200 enseignants avec le SNUDI-FO, le SNUipp-FSU, SUD Education et la CGT, appellent à un « rassemblement lundi 14 octobre à 17 h 30 Pour exiger l’arrêt du dispositif de l’ARE, et rappeler notre volonté d’abrogation du décret. Ils invitent les parents, les personnels de la Ville à se joindre à ce rassemblement. Si la Ville maintenait son dispositif, la question de la grève serait posée comme il a été décidé par l’AG du 8 octobre.»
A Aubervilliers le 8 octobre, enseignants et parents ont décidé d’un nouveau rassemblement à la mairie le 16 octobre « pour la suspension immédiate de la mise en oeuvre du décret du 24 janvier. ». La question de la grève le même jour que les enseignants de Paris a été posée.
A Ris-Orangis, le maire a reçu une délégation de la centaine de collègues réunis devant la mairie le 7 octobre pour lui demander de « cesser la mise en place de la réforme sur la commune ».
A Toulouse, 350 enseignants se sont rassemblés le 9 octobre à l’appel du SNUDI-FO, du SNUipp-FSU, de la CGT et de SUD. A l’issue de ce rassemblement le SNUDI-FO avec le SNUipp-FSU de Haute-Garonne ont posé la question de la grève «pour l’abrogation du décret Peillon ».
Dans l’Oise, le SNUipp-FSU et le SNUDI-FO discutent d’un appel à la grève pour « la suspension immédiate du décret».

A Angers (49), mardi 15 octobre 15H30  Enseignants, territoriaux : tous unis à la Préfecture pour dire STOP !

• Le SNUDI-FO s’adresse au SNUipp-FSU (pièce jointe) et à toutes les organisations syndicales du 1er degré pour une rencontre en urgence pour l’action commune pour la suspension des PEDT et l’abrogation du décret.

Du côté des mairies

Essonne

Après la décision de la commune de Janvry, le maire d’Authon la Plaine demande l’annulation de la réforme en indiquant que «reporter d’un an ne changera rien». En conséquence, les communes de Merobert, Saint Escobille, le Plessis Saint Benoit et Authon la Plaine ne souhaitent  pas mettre en application la réforme en 2014. C’est un regroupement intercommunal comme à Crillon.
Le maire de Massy  annonce le report en 2015.

Dans l’Orne,

Les maires de Larré, Semallé, et Ménil-Erreux, d’étiquettes politiques différentes, mais à la tête d’un même regroupement pédagogique rural de 104 écoliers, expliquent qu’ils n’ont pas les moyens, tant techniques que financiers, de mettre en place ces nouveaux rythmes scolaires pour la rentrée 2014.

Ils lancent un appel à tous leurs homologues, où qu’ils se trouvent en France

Dans le Finistère

Le conseil municipal de Château-du-Faou demande à l’Etat de surseoir à l’application de la réforme des rythmes scolaires.