>
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Syndiquez-vous au SNUDI-FO !

C’est le premier des droits, Celui qui permet de défendre tous les autres !

cliquer ici pour adhérer en ligne

 

 

cliquer ici pour imprimer un bulletin d'adhésion

Publié par SNUDI FO 95

Au début du mois de juin 2013, le SNUDI FO 95 faisait circuler une pétition (pièce jointe) pour demander l'annulation de cette journée de rattrapage. Sur le Val d'Oise, environ 250 signatures ont été recueillies fin juin.

Au début du mois de septembre 2013, dans le Val d’Oise, comme dans beaucoup de départements, les IEN ont présenté aux directeurs le 13 novembre et/ou le 11 juin comme un « rattrapage » de la Toussaint. L’administration (avec la complicité de certains syndicats…) semant ainsi la confusion, invoquaient la nécessité d’effectuer pour les
élèves 36 semaines « complètes » soit "144 jours de classe".


Or, il n’y a pas de texte réglementaire fixant un nombre de jours
à effectuer obligatoirement dans l’année scolaire !!!
Les « 36 semaines légales de cours » ne peuvent signifier 144 jours.
Si tel était le cas d'ailleurs, il faudrait alors récupérer les jours fériés
quand ils tombent sur un jour habituel de classe !

 

Vœu Présenté par la FNEC FP FO 95 au CTSD du 7 novembre 2013.

Les organisations syndicales du Val d’Oise SNUIPP-FSU, SNES-FSU, SNEP-FSU, FNEC FP FO, CGT Educ, SE-UNSA condamnent le rattrapage de la journée de pré-rentrée déjà travaillée, ainsi que sa mise en place chaotique qui jette le trouble et la colère. Nous n’acceptons pas les inégalités que crée cette situation, ni les suppressions de la pratique du sport scolaire qu’elle engendre.

(La CFDT s’est abstenue)

 

Dès fin juin 2013, la FNEC FP-FO a alerté le ministre Peillon : la journée de pré-rentrée du 2 septembre récupérée le 13 novembre et/ou le 11 juin est inacceptable car cette journée a déjà été travaillée par les personnels.
Elle s’est adressée à nouveau au ministre en septembre et lors de l’audience ministérielle le 2 octobre.
Le ministre a répondu en confirmant que la prérentrée sera « retravaillée » !

Des milliers de signatures se sont portées sur des pétitions demandant l'annulation de cette mesure dans des dizaines de départements.
Le ministre serait bien inspiré de mesurer la signification de sa décision : une journée de travail déjà effectuée par les personnels devrait être rattrapée!!
Cela ouvre la voie à une globalisation annuelle de nos services et à de nouveaux alourdissements de tâches diverses et variées, en sus des obligations réglementaires de service.
Cela s'ajoute à une situation où la désorganisation des écoles et établissements ne cesse de s'accroître : réforme des rythmes scolaires dans le premier degré, mise en place de l'évaluation en cours d'année pour les épreuves orales de langues vivantes en lycée, mise en place chaotique de la réforme des STI, et plus généralement le contrôle en cours de formation dans une multitude d'épreuves en lycée professionnel comme en lycée technologique.
Les personnels sont légitimement indignés par cette décision.
Pour tous, la journée du 13 novembre ou du 11 juin est considérée comme une « punition », du travail gratuit. Après la journée de corvée (la journée de solidarité), Vincent Peillon invente le rattrapage de journées déjà travaillées. Avec la même argumentation, il pourrait demain nous faire « rattraper » les jours fériés ! Un vrai scandale !
Et en plus le ministre n’entend pas s’arrêter là.
Le ministre a déjà changé les obligations de service des professeurs des écoles avec la
semaine à 4,5 jours ! Il est en train de raccourcir nos vacances et de modifier la notion de journée travaillée.
La FNEC FP-FO condamne fermement l’annualisation des services que le ministre entend mettre en oeuvre. Pour FO, les mesures concernant le calendrier scolaire s’inscrivent dans la même logique que la réforme des rythmes scolaires.

Le 13 mai 2014, FO demande de nouveau au ministre d’annuler le rattrapage de la pré-rentrée 2013 (journées du mercredi 13 novembre et/ou 11 juin 2014) en accordant, par exemple, le pont de l’Ascension et de modifier le calendrier scolaire des années 2014/2015; 2015/2016 afin que la rentrée n’ait pas lieu au mois d’août.
 

lettre FO du 13 mai 2014 au ministre demandant l'annulation du rattrapage de la prérentrée