>
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Syndiquez-vous au SNUDI-FO !

C’est le premier des droits, Celui qui permet de défendre tous les autres !

cliquer ici pour adhérer en ligne

 

 

cliquer ici pour imprimer un bulletin d'adhésion

Publié par SNUDI FO 95

A l’initiative du Snudi FO avec la FNEC FP FO, de la FSPS FO (territoriaux), plus de 250 délégués enseignants et territoriaux ont participé à la CONFERENCE NATIONALE du 19 novembre à Paris pour la suspension immédiate de la mise en œuvre de la réforme et l'abrogation des décrets Peillon / Hamon.

La CGT Educ’action a participé à cette conférence et y a représenté la fédération CGT des services publics.

Pendant 5 heures, un feu roulant de témoignages tous plus accablants les uns que les autres a dénoncé les conséquences catastrophiques de la généralisation, en cette rentrée, de la réforme des rythmes scolaires dans les écoles. Un tonnerre d’applaudissement a salué l’intervention d’une déléguée qui s’est écriée « On n'en peut plus. On en a assez. Il faut que ça cesse ! »

- Signez et faites signer la lettre ouverte à la ministre (issue de la conférence nationale pour la suspension immédiate de la mise en œuvre des décrets Peillon/Hamon et leur abrogation)

Une délégation, désignée par les participants, a été reçue par la ministre à l’issue de la conférence. Face au refus de la part de celle-ci de prendre en compte les faits accablants établies par la conférence, la délégation a informé des décisions de la conférence :

- publier l’intégralité des interventions

- mandater la FNEC FP-FO et la FSPS-FO pour réunir à nouveau l’interfédérale FO ; CGT ; SUD et SNUipp sur les rythmes scolaires

- faire signer en masse une lettre ouverte à la ministre par les enseignants, les personnels territoriaux et les parents qui se conclut par « Vous ne nous laissez pas d’autre choix que d’amplifier la mobilisation, y compris par la grève ! ». 

enseignants, personnels territoriaux, parents : signez la lettre ouverte à la ministre !

compte rendu détaillé de la conférence (23 pages)